Casser les 35 heures en Guadeloupe : 9 Novembre , ça continue !


Publié le 09/11/20
Dernière mise à jour le 14/11/20

Profitant de la crise sanitaire, la Direction du Crédit Agricole de Guadeloupe a décidé de dénoncer l'accord sur les 35 heures prétextant que 35 heures ce n'est plus adapté à notre environnement bancaire !

Pour celles et ceux qui sont en métropole et lisent cet article il faut savoir que depuis 2000, certains congés spécifiques à l'ile nous sont accordés 
( exemple :  2 jours de carnaval ainsi que les après midi veilels de fête, le mercredi après midi pour les agences ouvertes du lundi au samedi ...) 

TOUTES LES INFOS ainsi que les tracts antérieurs sont dans cet article : Casser les 35 heures en Guadeloupe : Nou pépa askepté sa !

 

Le Rendez vous avec la Direction le 29 Octobre s'est soldé par un échec , 
Les membres de la Direction ont fait semblant de négocier, ont fait des interruptions de séance pour finalement quitter la salle !

leur but était simplement de faire attendre ttendre 15 jours et ils savent que le temps qui passe permet souvent d'atténuer la colère. 

VOICI LE TRACT INTERSYNDICAL publié le jour même 
 

La presse locale si'intéresse à notre action :

Les salariés nous écrivent :

Bonjour à Toi, ami(e), collège, d'une grande entreprise Guadeloupéenne.

Je me permets, aujourd'hui, de t'envoyer ce message afin de partager avec Toi mon ressenti, mes interrogations.

Depuis longtemps, et singulièrement depuis 2016, je m'interroge sur les projets inavoués des dirigeants de Notre entreprise.

Nous faisons face à une direction qui n'a de cesse de détricoter nos acquis sociaux ainsi que nos conditions de travail.
Le démantèlement du back office siège est l'annonce imminente de la perte d'opportunités pour nos jeunes guadeloupéens, nos enfants.
La diminution des effectifs réseau reste à venir...

Lentement, mais sûrement, ils n'ont de cesse de nous tester. Tester notre Résilience. Notre capacité à nous mobiliser.

En 2016, premier test en brut: les 40%
Puis ils se sont mis en sourdine...pour mieux revenir. Car, oui, ce qu'il se passe aujourd'hui était programmé.

Aujourd'hui, les 35h, ensuite les jours veille de fête (permettant à chacun de pouvoir souffler, profiter de la vie, être avec ceux que l'on aime, vivre nos croyances et coutumes) et très certainement bientôt à venir la disparition de la subrogation...

Nous ne devrions pas avoir à nous battre pour ce que d'autres avant nous s'etaient déjà battu...
Depuis déjà quelques années nous ne luttons plus pour avoir un plus, mais, pour éviter un moins.

La peur nourrit l'injustice.

Il faut que tu saches  que cette direction se moque de nos représentants quand elle leurs demande: " mais où sont vos mandants ??!!".
Donc...elle se moque de Nous...

Collègue, j'en appelle à ta solidarité dans l'adversité.

Nous ne pouvons pas laisser faire cette injustice.

Ne nous laissons pas aveugler par certains discours orientés qui viennent nous désolidariser.

Les combats ne sont jamais faciles mais utiles.

 

5 Novembre : ça continue ...  Tract intersyndical DIREKSYON-LA KA FÈ JÉ AVÈ NOU 5 nov 2020

6 Novembre : Rien ne change : Tract intersyndical NOU PA KA DÉMÒD AU CREDIT AGRICOLE GUADELOUPE 6 nov 2020

Un Ancien du CA nous écrit ,il a du bon sesns   LUI !

Conflit social Credit Agricole  de la Guadeloupe :  la Direction semble jouer  le pourrissement et la division des agents entre « grévistes »  et « non grévistes » ..
A ce jeu là et crois en  ma petite expérience d’ancien cadre au Credit Agricole et d ancien responsable de section syndicale toujours au sein « du Bon Sens près de chez vous ... » toutes les directions ont au moyen de cette stratégie « discutable » , au contraire, renforcé ce que nous appelons « on komba à la Sainte Famille ... avec force Ka a l appui ... »
Je crois que seul le Dialogue social débarrassé de la « suffisance » d’éléments exogènes à notre  socio-culture peut favoriser les conditions d’une vraie « négociation raisonnée »   entre Guadeloupéens du Conseil d  Administration et Représentants Guadeloupéens des Salariés ...
On ne peut prôner la « Terrritoire Attitude » c est à dire l ancrage dans les usages et mœurs de celles et ceux qui sont sur ce territoire et qui bâtissent le Territoire et dans le même temps vouloir les contraindre à travailler le vendredi saint  , le mardi gras et le mercredi des cendres , et le lundi de Pentecôte..
En Alsace ils ont plus ou autant de jours chômés qu en Gwada ... cela ne pose pas de problème à la Caisse d Alsace .. alors pourquoi en Guadeloupe???en plein covid 19 nourrir des relations « perdant- perdant » ... alors que les Salariés ont déjà sacrifié les 35 h dans un groupe qui fait plusieurs milliards d euros de résultats depuis plusieurs années et dans une Caisse leader sur tous les marchés qui en fait  ,par ses excédents... l’un des plus importants contribuables du Territoire Guadeloupéen ..
Il y a là comme une recherche « cupide »qui contrevient même au principe fondamental de cet établissement mutualiste... en pleine semaine du sociétariat affiché par  grands panneaux  4x3 qui longent  la rocade qui passe devant le Siège de la Banque dite « Verte ... »
C est cette perte de sens qui fait périr les institutions les plus solides ...
J espere vraiment que Conseil d Administration , Direction et Représentants des Salariés Grévistes et non Grévistes trouveront les voies et moyens de cet indispensable dialogue authentique car tout conflit social qui perdure ... lézarde la confiance des Clients  qui font principalement la Banque ....